Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 22:31

Petit texte écrit d'une traite, ne rien rajouter, ne garder que l'instant d'écriture, rien de plus, rien de moins. Entre autofiction et prose poétique, un fragment autonome mais bientôt relié à d'autres qui suivront certainement...

 

Les rixes somnifères

A trop poursuivre les chimères, on s'écharde l'épiderme, à se faire rougeoyer les ongles se fracassent en embruns au rocher. S'apprendre à arrêter de pressentir, les Cassandre n'ont jamais fait long feu. Inaptitude il y a, stupide tu resteras. "Rien ne sert de courir, il faut mourir à point." S'effacer quelque peu, si ce n'est physiquement, cesser d'empiéter l'espace, être plus précautionneux, ne pas être un poids que l'on ressasse.


Tout sera hideux à un moment ou à un autre. Il en advient toujours ainsi, histoire bien ponctuée, recousue et corrigée. Je m'étreins au bal des ecchymoses purulentes, noyer le poisson, s'afficher saletés élégantes, entrer données empiriques, dépersonnalisation.

 

J'ai pactisé avec la souffrance. Mon suc, mon ambroisie goût de fer à la sauce bifteck immolé. J'aspire en gouttes, bouillon jus de viande saignante, déglutit un peu plus, je me digère en prion nébuleux.
Autophage, puisque personne ne me nourrit.

 

Les Antigone fébriles ont les lèvres pâles et la peau dure. Elles s'échinent imperturbables à racler la boue, désosser les cadavres. Elles sont si pathétiques et si sublimes dans leur façon d'être. C'est tout un problème avec leur corps, alors c'est inéluctable, il finit toujours en charpie. Elles l'ont bien mérité, me direz-vous, à le vouloir autant, quitte à être si opiniâtres et à tout renier. Mise à part leur refus. Un non bien dit, bien déclamé, bien hurlé, ça on ne pourra pas dire qu'on ne l'a pas entendu. On s'éraille la voix à gueuler l'absolu.

 

Je ne veux plus en parler et puis qu'est-ce qu'on peut dire ou bien raconter  sur le néant. Il appelle le vide, qui l'englobe tout entier. Mon coeur c'est Verdun, vous pouvez arracher le tout, vous partager les restes, tout jeter, tout brûler, s'amuser du geste, ça vous appartient. Droit de non-regard sur ce qu'il advient de mes morceaux, juste éviter d'en faire un objet de prière, mes seins nacrs larmoyantes se plaisent assez mal en reliques.

Partager cet article

Repost 0
Published by June - dans Ecriture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les songes du Lotophage
  • Les songes du Lotophage
  • : Des créations, un petit univers. Une expérience littéraire dans le cadre d'un journal intime sensitif et artistique.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives