Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 17:10

Ophélia ou autoportrait en noyée

 

Entre vérité et mensonge, vie et mort, captation du réel et mise en scène. Croisement des références, citations multiples... Littérature... Shakespeare et son héroïne tragique qui se jette, ou tombe à la rivière, une couronne d'orchis mâle au front. Rimbaud et la jeune fille qui devient tel un gand lys blanc sur la surface de l'eau.

Peinture... les pré-raphaëlites (Millais, Waterhouse...) l'a font fleur encore fraîche parmi les corolles colorées... Mais aussi, Redon, Moreau, Delacroix, le visage nimbé pétales et feuilles et mèches de cheveux enlacés...

Enfin référence également au preier portrait de fiction photographique : l'Autoportrait en noyé, d'Hippolyte Bayard, invention ingénieuse, ne manquant pas d'un certain humour noir...

 

Révérer l'humidité sépulcrale, travestissement mortuaire, embrasser les lèvres encore moites la fibre transparente de l'onde assoupie. L'instant de drame est passé, le moment juste après l'agonie, la suprême tranquilité, corps léger, végétalisé, comme un fluide parmi les fluides de la rivière. Enraciner, tête hors de l'eau, s'accrocher, lianes fragiles au sol limoneux où les poissons suppotent la chair blanche.

Repost 0

Présentation

  • : Les songes du Lotophage
  • Les songes du Lotophage
  • : Des créations, un petit univers. Une expérience littéraire dans le cadre d'un journal intime sensitif et artistique.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives